Stéphane Hoareau

Au sein de la formation Dismiss, le guitariste montreuillois Stéphane Hoareau forme, avec le batteur Bertrand Lafarge, un duo résolument rock qui tire très franchement vers la branche noisy du genre. Conciliant l’influence du jazz à l’énergie du rock, leur album Tome 1 est une véritable expérience sensorielle.

Né en 1979 à l’île de la Réunion, il découvre très jeune le monde musical par le piano, mais c’est à l’adolescence qu’il commence à étudier la guitare en autodidacte. Après un court passage au CNR de Saint-Pierre, il obtient une bourse qui lui permet de se rendre à Paris, au CIM, pour y poursuivre des études musicales. Il y rencontre Malo Vallois qui le fait entrer à l’ENMD de Montreuil dans sa classe de jazz, une période conclue par un premier prix à l’unanimité du jury. L’année suivante il réussit le D.E. de jazz.
Depuis lors son activité musicale s’étend du théâtre au rock indépendant en passant par le jazz contemporain, la chanson, la fanfare de rue et les musiques improvisées. Il participe à différents projets tels que NHOG (1° Disque «Belle de nuit» paru chez Discobole-Records), Dodo Drivers (free-rock), Les Experts (100 ans dans la vallée: festival de Souillac sim compans), Ensemble Justiniana (Quichote), Doodle-brothers (fanfare), Les Cow-girls (Théâtre), Barjolaine (chanson).
Parallèlement il intervient dans le développement du secteur des musiques actuelles en tant que coordinateur au conservatoire de Saint-Michel-sur-Orge. Aujourd’hui il développe son écriture musicale particulièrement au sein du groupe Dismiss dont il est l’instigateur.

A propos de Dismiss
Deux – le plus petit groupe possible, il a fallu trancher dans le vif…Bertrand Lafarge et Stéphane Hoareau forment un duo peu commun, traçant une ligne droite vers une musique énergique et ébouriffante puisant aux racines du «garage-rock», du blues ou encore du «noisy». S’affranchissant de tout autre instrument mélodique Dismiss laisse affleurer des figures, des formes, des volumes où la déambulation est la règle, l’improvisation nécessaire.
Dismiss s’est constitué sur le projet iconoclaste d’une musique au carrefour d’influences diverses. Le rock comme premier format sur lequel se greffe une écriture précise et concentrée menant à des plages d’improvisations. Sans être satirique mais toujours avec humour la musique de DISMISS explore les figures imposées du rock en les pervertissant, les tordant afin de créer un espace où se télescopent l’influence mélodique du jazz et l’énergie d’un «rock garage».
L’idée première du groupe est l’exploration de la matière sonore avec comme influence bien évidemment le rock des années 70 mais aussi le mouvement post-punk ou encore l’univers des films de Jim Jarmusch. Cette attirance avouée pour le drone, la trans, les musiques répétitives est le point de départ de leur travail et explique le recours aux loops. Ce goût pour le singulier, l’inhabituel, cette volonté de déstabilisation constante laissent une sensation d’étrange familiarité. Le fracas n’exclut ni la mélodie ni le silence.
Les références sont nombreuses telles que DEERHOOF, THE BLACK ANGELS, ZAPPA, MARC DUCRET, JOHN ZORN, THE KILLS, LED ZEPPELIN, NIRVANA, DAVID BOWIE, JANIS JOPLIN, JIMI HENDRIX, KING CRIMSON…
L’état d’esprit du groupe rejoint celui de mouvements tels que «KILL THE ROCK STARS» ou du «DO IT YOURSELF». Préserver la folie juvénile est le fil conducteur du groupe. Leur premier EP est l’aboutissement même de ces principes: un disque produit à 300 exemplaires en pochette carton recyclé, et sérigraphiée. Une production artisanale signée DISCOBOLE-RECORDS (un label montreuillois !!). Enregistré en live au Deux Pièces Cuisine (93) lors d’une résidence de 3 jours grâce à l’aide d’Éric PARIS. Plus qu’une trace discographique c’est le désir d’un bel objet réalisé collectivement par le groupe et son entourage.

Bertrand Lafarge
Captivé par la musique depuis son plus jeune âge il découvre d’abord le piano puis se consacre à la batterie à l’adolescence. Pendant ses études de philosophie il a la chance de rencontrer des musiciens généreux et talentueux avec qui apprendre et jouer tels que Karim Ziad ,Sophie Agnel ou Gildas Etevenard. L’éclectisme de sa formation d’autodidacte l’amène à jouer dans des styles variés: chanson, funk, blues mais son goût pour l’improvisation et son amour du Be-bop le poussent vers le monde du jazz.
Ses études à l’EDIM puis à l’ENMD de Montreuil avec Malo Vallois, où il obtient un prix de conservatoire, aggravent son cas, et les doux dingues qu’il y rencontre lui permettent d’envisager des lendemains qui chantent. Il a joué dans de multiples formations: Superflu (rock-indé), Miglapo (jazz progressif), Total-No-Frost (Free-rock), Free et Légumes (Free-rock) avec des musiciens tels que Julien Desprez, Émile Parisien, Xuan Lindenmeyer, Thomas Benoit, Romain Tallet, Romain Clerc-Renaud…
Le goût de l’échange et de la transmission font de l’enseignement une activité essentielle pour lui. Aujourd’hui il enseigne la batterie et l’éveil musical au conservatoire de LARDY. Actuellement il joue dans Dismiss et The Highest Turtle.

xxxx

Les CD ci-dessus sont disponibles dans les bacs du secteur Musique de la Bibliothèque de Montreuil.
Vérifiez leur disponibilité, réservez-les ici.

Retrouvez le site perso de Dismiss

Lire un atricle sur Dismiss
Retrouvez Dismiss sur Myspace
Retrouvez Dismiss sur Facebook
Découvrez le label Discobole records

D’autres projets de Stéphane Hoareau
Dodo drivers
Nhog

Image de prévisualisation YouTube

1 commentaire jusquà maintenant ↓

#1 Richard M on 09.18.13 at 9:16

Prochains concerts de Dismiss !!

Le 3 Oct. @ Celtic Club (Tarbes)
Le 4 Oct. @ Café du Burgaud (Toulouse)
Le 5 Oct. @ Ubu/Music Action (Perpignan)
Le 6 Oct. @ Underground (Barcelone)
Et bien sûr notre EP toujours disponible sur http://discobolerecords.bandcamp.com/album/tome-1

Laisser un commentaire