Christine Mannaz-Dénarié

Electro-acousticienne, Christine mannaz-Dénarié apprécie particulièrement les performances et les créations sonores. Que ce soit à titre personnel ou au sein du collectif l’Emoi Sonneur, elle compose, cherche, expérimente, convaincue que la musique est une expérience sonore à partager.


(cop. photo Eric Facon-le bar Floréal)

Apprentie électroacoustienne depuis quelques années, passionnée par la magie des sons fixés, Christine Mannaz-Dénarié cherche à partager une expérience sensible avec l’auditeur. Elle arrive à l’électroacoustique via un crochet par la photographie et poursuit depuis lors un travail articulé autour du procédé de la surimpression. Après avoir suivi plusieurs stages de création sonore (à Pantin, Bruxelles et Lyon), elle intègre la classe de composition de Philippe Mion, suit les cours de Bernard Fort et devient, en janvier 2012, membre du collectif vitriot “L’Emoi sonneur”. Cette participation aux activités de “l’Emoi sonneur” lui permet de mêler performance et création sonore et de créer des oeuvres diffusées dans des jardins, des bibliothèques ou des salles de concerts, en direction de publics divers et souvent peu familiers de l’électroacoustique. Elle continue, en parallèle, de réaliser des compositions électroacoustiques plus classiques.

A propos de l’album Viridité (à partir de la chronique du site Metamkine) :
À l’origine, une performance – Projet No Undo – le 12 juin 2010 pendant cinq heures d’affilée à l’église du Corbusier à St Pierre de Firminy avec Jérome Noetinger, Christian Malfray, Jean François Minjard, Jérome Montagne, Pierre Faure, Mathias Forge, Hervé Boghossian, Bruno Capelle, Nicolas Dick, Hervé Durand, Jean François Plomb. Un investissement total du lieu et de la chaîne électroacoustique. Une salle de performance, une salle de transformation, une salle de spatialisation. Un moment unique. Et pour le clôturer, le label a commandé à Christine Mannaz-Dénarié deux compositions de musique concrète à partir de ces enregistrements. À l’opposé total de l’idée de documentaire, la pièce Viridité donne une interprétation artistique de l’évènement et de sa captation. Christine Mannaz-Dénarié a composé deux pièces - L’astrolabe et Le songe de Sisyphe – qui transforment l’église en un bâtiment spatial et se laissent aller dans le cosmique transcendant l’évènement initial.

La pièce se présente ainsi comme une opération de recyclage complet des dix heures d’enregistrements initiaux : cinq heures de performances en direct et cinq heures de modifications du son menées en parallèle, dans la salle de transformation. A partir de gestes musicaux réalisés en live et d’improvisations, il s’est agi de composer une oeuvre électroacoustique en contrariant, taillant et sculptant la matière brute initiale. Un trajet qui part du son vivant pour aller vers le son fixé, afin de donner à entendre une oeuvre totalement nouvelle, recréée…

Le vinyl ci-dessous est disponible dans les bacs du secteur Musique de la Bibliothèque de Montreuil.
Vérifiez sa disponibilité ici.

Ce vinyl a été édité par le label Dysmusie
Découvrez le site du label Dysmusie
Ecoutez les productions du label Dysmusie
Découvrez d’autres compositions de Christine Mannaz-Dénarié
Découvrez le site de l’emoi sonneur
Le Facebook de l’Emoi sonneur

0 commentaire ↓

Il n'y a pas encore de commentaire. Vous pouvez être le premier grâce au formulaire ci dessous.

Laisser un commentaire