Mo’Kalamity

La voix suave de Mo’ Kalamity se pose sur un groove original empreint de sonorités aériennes, de riffs judicieusement placés et d’une basse dub-esque à vous faire frissonner. Vibes jamaïcaines, soul, musiques afro-américaines constituent l’inspiration de cette artiste hybride, dont les origines capverdiennes et un profond sentiment d’empathie pour la douleur de Mère Afrique sont sans conteste les signes distinctifs. Ayant grandi en France dans un univers musical éclectique, Mo’ Kalamity chante un reggae roots militant et rebelle.
(Fabien Maisonneuve/Mondomix)


Dès son plus jeune âge, naturellement, Mo’ ressent le besoin de se diriger vers l’harmonie que la musique lui insuffle : Elle s’éveille et se couche mélodies en tête et mots à la bouche. Empreinte de ses origines « Africa international », originaire du Cap Vert, elle grandit en France, baignée très tôt dans un univers musical éclectique : elle découvre entre autre le Reggae, la Soul music dont elle s’empreigne et vibre au son des musiques afro américaines et Jamaïcaine des sixties et seventies. C’est le Reggae qu’elle à choisit pour son groove et pour exprimer les thèmes qui lui sont chers, puisant aux sources du reggae rebelle et militant des origines…

Après un parcours fait de diverses rencontres musicales, entre autre, durant 2000 et 2001, en tant que choriste de l’artiste reggae King Malik avec qui elle découvre le studio et la scène, elle décide de prendre le temps de construire son projet musical. En 2002, elle prend plaisir à élaborer des mélodies, sur lesquelles elle calque ensuite des mots. Ce travail se construit peu à peu avec l’aide précieuse d’un ami Romain, guitariste, pour donner naissance à la plupart de ses compositions actuelles.
Mélodies et paroles se bousculant, Mo’ commence alors son travail d’écriture avec Africa, symbole d’une révolte, besoin de partager l’amour et la souffrance que lui inspire son regard sur l’Afrique.
Ses textes expriment à la fois l’observation, le constat du monde qui l’entoure, le besoin de communiquer ses valeurs : la tolérance, l’amour nécessaire à chacun pour vivre, la richesse humaine et dénoncer l’égoïsme et l’indifférence dans lesquels nous vivons parfois. Son inspiration et ses influences l’amènent à chanter en particulier en anglais.
En 2003, elle rencontre Johnson, ex leader du groupe reggae Exode, et sa compagne Anne, Clavier, tous deux compositeurs. Ensemble, ils achèvent le travail de composition et d’arrangement des morceaux de Mo’ donnant naissance à son répertoire avec l’aide précieuse des musiciens qui formeront bientôt son groupe, The Wizards : Anne (Exode) aux claviers et aux chœurs, Benoît (Exode) à la basse, Franck Boré (Baobab, Orange Street) à la guitare, remplacé plus tard par Kubix, Kael à la guitare rythmique et aux chœurs, Mano (K2R) à la batterie puis Yann Cléry (Booster – UHT° – Sandra N’Kaké – Why Cie) à la flûte. L’harmonie se créée et permet à Mo’Kalamity and the Wizards de développer leur identité musicale si particulière entre reggae roots et soul music…

Commence alors pour le groupe une série de concerts avec entre autre à partir de 2004 La Flèche d’Or, l’Opus Café, La Scène Bastille, le New Morning, La Guinguette Pirate et Les Festivals : International Africa Festival à Würzburg, Musiques d’ici et d’ailleurs, Roots dans la vallée, Solidays … à chacune de ses prestations la magie opère, avec sa voix sensuelle et envoûtante, son reggae Roots et puissant, aux sonorités Soul ou jazzy.
L’année 2005 sera consacrée à la réalisation de son premier album « Warriors of light ». Cet album autoproduit grâce au soutien du public, de l’association l’assos’pikante, du groupe The Wizards et de la SACEM est réalisé en 2006. Cette année là, on notera aussi la rencontre avec Junior Cony qui remixe les 2 titres « 16 août » et « Africa », le titre « Petit Bonhomme » sur la compil’ radio NEO 3 en décembre 2006. En 2007, sort le titre « Keep on fighting » en collaboration avec Barbes D sur vinyl chez Patates Records, le titre We’ve got the power sur la Compil « Reggae d’Ici la Relève » et « Pas vu à la télé » avec Echoprod. En 2008, elle participe au projet collectif Voix Libres et en 2009, le titre « Vision » sera présent sur la compilation « African Reggae » du fameux label New Yorkais Putumayo. Depuis sa sortie Nationale en avril 2007 distribué par Productions spéciales, puis sa ré édition en 2008 chez Mosaic Music, ce 1er album rencontre un véritable succès auprès du public.

Durant 2007 et 2008 le groupe a partagé de nombreuses scènes : Festival 100 contests avec Admiral T, Intolérance Zéro avec Jim Murple Memorial mais aussi, la 1ere partie de Salif Keita, Sébastien STURM, le festival Africa International à Würzburg, le festival fiesta reggae sun avec Aswad et quelques dates avec Omar Perry. La réédition de l’album avec Mosaic Music Distribution en octobre 2008 fut l’occasion d’une grande fête au NEW MORNING, en partenariat avec le magazine Mondomix.

Le groupe The Wizards est aujourd’hui composé d’amoureux du reggae au long cours : Bastien aux claviers, aux chœurs, Benoît à la basse, Kael (Natiwel, Exode, Wailing Roots) à la guitare rythmique et aux chœurs, Mano à la batterie, Kubix (Daddy Nuttea, Winston McAnuff) à la guitare, Yann Cléry la flûte et aux chœurs et Vincent Ballin( ingé sound).
En 2009, le groupe réalise son 2eme album, Deeper Revolution, au son résolument roots et à la production plus aboutie. Avec ce nouvel album, enregistré au studio Polyson et mixé par Fab au Wise Studio, la chanteuse s’impose comme la révélation féminine du reggae produit dans l’hexagone, et le groupe continue à développer une véritable identité musicale : une voix suave influencée par la soul, le jazz et le rythm’n blues des seventies accompagné par un roots percutant : Tout au long de l’album, la diva interpelle et éveille les consciences en livrant son regard sur la société : discrimination, exclusion, condition des femmes, environnement, racines, vivre ensemble…

Chronique de l’album Freedom of the soul sur www.reggae.fr
(16/10/2013,  auteur: Ju-Lion) lien ici

Troisième album pour Mo’Kalamity et ses inséparables Wizards. « Freedom Of The Soul » incarne la progression du reggae roots en France, tant dans la qualité du son que dans l’estime du public. La reine du spiritual roots signe ici sans doute son opus le plus abouti. Et l’aboutissement ça se travaille. Il aura fallu une année de préparation à la chanteuse pour arriver au résultat final. Écriture, composition, production, Mo est sur tous les fronts et c’est assurément la clé de la réussite en plus de s’entourer des bonnes personnes pour mettre en forme son univers si personnel. Les Wizards s’exécutent merveilleusement et Fabwize sort un mix d’une précision remarquable. La majorité des textes sont en anglais, mais Mo se reconnecte à ses racines en s’offrant une première chanson en créole cap-verdien sur « Cima Vento ». « Nuances » constitue l’unique incartade dans la langue de Molière, sans atteindre pourtant le niveau de morceaux comme « Autour De Toi », présent sur le précédent album « Deeper Revolution ». C’est bien en anglais que Mo est la plus à l’aise. Son accent, imparfait, s’améliorera sans doute avec le temps, mais assure également une partie du charme de la chanteuse. Un charme auquel il est difficile de rester insensible tant sa musique respire l’honnêteté. Tantôt spirituelle, tantôt revendicatrice, elle s’exprime, donne son avis, tire la sonnette d’alarme, calme les esprits et chante même sa foi. « Jah Live » en est un témoignage brûlant et « Majesty » révèle la beauté de la création sur fond de violons. La flûte traversière est elle très présente tout au long de l’album, rajoutant une identité particulière à la musique de Mo. Mention spéciale au premier titre de l’opus, « Frontline », véritable big tune où le pull up est de mise ! Un tune très rythmé qui appelle au réveil des consciences, un des chevaux de bataille de la Cap-Verdienne. Pas féministe pour un sou, elle croit en sa musique et préfère s’intéresser à l’Homme avec un grand H plutôt que de perdre du temps avec les divisions homme/femme. Son esprit est libre, qu’on se le dise… Et le vôtre risque de le devenir si vos oreilles s’attardent sur cet album particulièrement touchant.

xxxx

Les CD ci-dessus sont disponibles dans les bacs du secteur Musique de la Bibliothèque de Montreuil.
Vérifiez leur disponibilité, réservez-les ici

Retrouvez Mo’Kalamity sur Myspace
Retrouvez le site perso de Mo’Kalamity & the Wizards

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Retrouvez la chaîne officielle de Mo’Kalamity sur Youtube

1 commentaire jusquà maintenant ↓

#1 Richard M on 11.30.10 at 12:55

nous serons le 14 décembre au Nouveau Casino en préselection de Printemps de Bourges.
Mo’Kalamity & the Wizards

Laisser un commentaire